EN
 

Le XVIIe siècle

La dernière campagne de travaux d'agrandissements du château date du règne d'Henri IV qui fit de Fontainebleau sa résidence favorite après le Louvre. Tout au long du XVIIe siècle les séjours de la cour sont jalonnés d'événements décisifs.

Mathieu Jacquet, Henri IV à cheval - © Sophie Lloyd
Le grand canal, long de 1200m, creusé entre 1606 et 1609 - © Sophie Lloyd
© Château de Fontainebleau
© Château de Fontainebleau
© Château de Fontainebleau

La famille royale à Fontainebleau

Alors que les conflits entre Catholiques et Protestants font rage, Henri IV (roi de France de 1589 à 1610) assiste, le 4 mai 1600 à Fontainebleau, à la conférence contradictoire organisée entre Mgr Du Perron, évêque d’Evreux et le théologien protestant Duplessis-Mornay, portant sur les propositions avancées par ce dernier dans son Traité de l’Eucharistie.
Le premier roi Bourbon fréquente assidûment le château qu’il dote d’une nouvelle cour des Offices et d’une entrée monumentale sur la ville ,ainsi que de nombreux bâtiments. Le canal est creusé et de nouveaux jardins sont créés.

Lors de ses séjours à Fontainebleau, la famille royale vit des moments importants. Aux mariages (mariage le 12 juin 1601 de Concini et Leonora Dori Galigaï ; mariage le 7 juillet 1609 de César, duc de Vendôme, fils légitimé d’Henri IV et de Gabrielle d’Estrées avec Henriette de Lorraine, fille du duc de Mercoeur) s’ajoutent les naissances (naissance le 27 septembre 1601 du dauphin, futur Louis XIII ; naissance le 22 novembre 1602 d’Élisabeth, future reine d’Espagne ; naissance le 25 avril 1608 du duc d’Anjou, futur Gaston, duc d’Orléans ; naissance le 1er novembre 1661 du dauphin Louis, fils de Louis XIV et de Marie-Thérèse d’Autriche).
On se souvient surtout que, dans la cour Ovale, le 14 septembre 1606 eut lieu le baptême du dauphin, futur Louis XIII, et de ses sœurs Élisabeth et Chrétienne.

Louis XIII passe une enfance heureuse à Fontainebleau, rythmées par les parties de chasse, de paume et les cours de dessin que lui prodigue Martin Fréminet. Plus tard, il vient y prendre les eaux.
Prélude à la triste fin de règne de Louis XIV, des princes meurent aussi à Fontainebleau. Louis-Armand de Bourbon, prince de Conti, gendre du roi, y décède le 9 novembre 1685, et Louis de Bourbon, prince de Condé, dit M. le Prince (le Grand Condé) l’année suivante, le 11 décembre 1686.

Des séjours décisifs

Sur le plan politique, c’est à Fontainebleau que sont arrêtés, le 14 juin 1602, le maréchal de Biron et le comte d’Auvergne, convaincus de trahison (le premier sera décapité à Paris, le 29 juillet), et que, pour des raisons semblables, le 4 mai 1626, Louis XIII fait arrêter le maréchal d’Ornano, gouverneur de son frère Gaston.
Les 14 et 15 mai 1633 a lieu la promotion de 49 chevaliers du Saint-Esprit, dont celle du cardinal de Richelieu. Le 17 août 1661, se rendant depuis Fontainebleau à la fête donnée par Fouquet en son honneur au château de Vaux-le-Vicomte, Louis XIV décide de faire emprisonner le surintendant. En juillet 1664, la chambre de justice chargée de le juger tient séance à la chancellerie de Fontainebleau.
Le 17 octobre 1685, l’Édit de Fontainebleau, ou Révocation de l’Édit de Nantes, est signé dans le cabinet de Madame de Maintenon.

L’histoire diplomatique du XVIIe siècle s’écrit aussi à Fontainebleau : le 16 septembre 1629 la ratification du traité de paix entre la France et l’Angleterre est signée. Du 19 au 23 août 1646 sont reçus Henriette-Marie de France, reine d’Angleterre et son fils le prince de Galles, futur Charles II.
A l’automne 1656 et à l’automne 1657, la reine Christine de Suède effectue deux séjours. Le second est demeuré tristement célèbre puisque, le 10 novembre 1657, dans la galerie des Cerfs, la reine fait assassiner Monaldeschi, son grand écuyer.

Le 29 juillet 1664, le cardinal Chigi, légat du pape Alexandre VII, vient présenter au jeune Louis XIV les excuses du souverain pontife, à la suite de l’échauffourée survenue à Rome en 1662 entre les gardes corses du pape et les domestiques de l’ambassadeur de France. A l’occasion de cette visite, Molière reçoit l’approbation du légat pour son Tartuffe.
Entre l’automne 1690 et l’automne 1700, Jacques II Stuart, ex-roi d’Angleterre et sa femme Marie de Modène, effectuent dix séjours consécutifs à Fontainebleau, à l’invitation de Louis XIV.
Le 5 novembre 1696 a lieu l’arrivée de Marie-Adélaïde de Savoie, future duchesse de Bourgogne.

Des alliances se nouent à Fontainebleau, c’est ainsi que le 25 septembre 1645, dans la chambre du Roi, le contrat de mariage entre Ladislas IV, roi de Pologne, et Marie de Gonzague est signé. Le 31 août 1679, le mariage par procuration de Charles II, roi d’Espagne, et Marie-Louise d’Orléans, dite Mademoiselle, fille de Monsieur et d’Henriette d’Angleterre, est célébré dans la chapelle de la Trinité. Au cours du même séjour, le 2 septembre 1679 est signé le traité entre la France et la Suède d’une part, le Danemark et le duc de Holstein-Gottorp d’autre part. Le 13 octobre 1698 est célébré le mariage par procuration de Léopold, duc de Lorraine et d’Élisabeth-Charlotte d’Orléans, dite Mademoiselle, fille de Monsieur et d’Élisabeth-Charlotte, princesse Palatine.

Du 9 au 11 novembre 1700, Louis XIV tient plusieurs conseils chez Madame de Maintenon au terme desquels il prend la décision d’accepter le testament du roi d’Espagne faisant du duc d’Anjou son héritier. Ce n’est qu’au cours du séjour de 1712, du 21 au 24 août, que les négociations menées avec l’envoyé de la reine Anne, Lord Bolingbroke, organisent la paix entre la France et l’Angleterre et mettent fin à la guerre de succession d’Espagne.
Un an avant la mort de Louis XIV, le 26 septembre 1714 est reçu, sous le nom de comte de Lusace, Frédéric-Auguste, prince électeur de Saxe. Futur roi de Pologne, il régnera sous le nom d’Auguste III.